Dès les années 70, rapport Nora. Puis, volonté de certains pour en finir avec l’universalité des droits : suite de mesures amenant au reste à charge de plus en plus lourd, ce qui alimente un marché de la Santé. Il en est résulté des difficultés d’accès aux soins, la création du secteur 2 qui alimente des tarifs excessifs.

Les besoins de soins deviennent importants (par exemple, faire face à de nouvelles pathologies, ou celles liées au travail).

Mettre en avant la nécessité de la Prévention : selon l’INRS 3 fois plus de maladies professionnelles et de troubles musculo-squelettiques entre 1999 et 2011.

Nouveau dans nos secteurs d’activité : création du Comité d’Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail en 2010, pour aligner le Public sur le Privé, et intégrer les risques psycho-sociaux, les TMS, les risques cancérigènes. La prise en compte des conditions de travail est importante au regard des revendications.

Intervention très détaillée sur la perte d’Autonomie et le handicap : Ce n’est pas seulement une question d’âge et les mesures tardent à venir. Les besoins d’accueil en établissements sont plus « médicalisés » (entrée plus tardive des Personnes Agées). Souhait quasi général de maintien à domicile, mais : personnel féminin peu payé, peu qualifié, temps partiel imposé à 80%, souvent morcelé. Difficultés des Aidants Familiaux (8 millions de personnes et grande majorité de femmes). L’APA (Juillet 2001) reste insuffisant : coût moyen en EHPAD de 1500€ /mois ; Disparité des aides selon les moyens des départements. Revoir les notions « perte d’autonomie/ dépendance » pour éviter la stigmatisation (mise en cause de la Journée de Solidarité), la cassure trans-générationnelle, penser aux accidentés en général. Cela passe par : le soutient aux aidant familiaux, des personnels plus nombreux, plus qualifiés, un renforcement des CLIC, la modernisation des établissements d’accueil et de soins, un Pôle Public pour l’Autonomie.

Cela suppose des financements différents, non basés sur le patrimoine, sans recours aux assurances privées.

D. Gounot