Le mépris de l’État

Dans le cadre de la journée de grève du 13 janvier pour revendiquer des moyens pour l’école, les représentants de la région nazairienne des organisations à l’initiative de cette action (CGT Éduc’Action, SGEN-CFDT, SNALC, SNUDI-FO, SNUipp-FSU, SUD Éducation et UNSA Éducation) ont sollicité une audience auprès de M. le Sous-préfet.

Le représentant de l’État sur le territoire a refusé cette entrevue.

Ainsi, il n’a pas voulu entendre l’exaspération de la communauté éducative, ni écouter leurs revendications pour obtenir les moyens pour les inclusions des élèves en situation de handicap sans souffrance pour les enfants comme pour les personnels et pour obtenir les moyens et les protections nécessaires pour faire face à la crise sanitaire.

Le mépris de l’État envers les citoyennes et les citoyens cherchant à s’exprimer s’exerce à tous les niveaux, jusqu’à l’échelon le plus bas.

Nous condamnons cette attitude indigne d’un État démocratique.